Brussels Philharmonic | des contrastes sensationnels

des contrastes sensationnels

L'année 1786 fut une année productive pour Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791). Sa carrière est à l'apogée et cette année-là, il écrit facilement une symphonie (Le Prague), un opéra (Le Nozze di Figaro) et trois concertos pour piano (dont le n° 23). Tant avec Le Nozze di Figaro qu'avec son Concerto pour piano n° 23, il a gagné l'admiration du public, tant à l'époque qu'aujourd'hui. Le compositeur japonais Toshio Hosokawa (1955) en est également friand. En 2006, en hommage à Mozart, il a composé le concerto pour piano Lotus under the Moonlight, dans lequel il a intégré ce célèbre deuxième mouvement comme thème.

un concerto pour piano introverti

Le concerto pour piano est l'un des genres dans lesquels Mozart excelle - tant par le nombre de compositions que par leur qualité. Les bases du genre ont été jetées vers 1730 par Jean-Sébastien Bach, et poursuivies par ses fils Carl Philipp Emmanuel et Johann Christian. Mozart a répondu à cela en modelant les principes de forme existants et nouveaux en un genre dramatique dans lequel la virtuosité et l'attention à l'esthétique se maintiennent en équilibre. Et alors que la famille Bach composait encore pour le clavecin, Mozart eut la chance de disposer d'un nouvel instrument : le pianoforte, qui, grâce à son mécanisme de marteaux, était capable de nuances dynamiques.

Mozart a terminé son Concerto pour piano n° 23, K 488 en la majeure, le 2 mars 1786. C'est une de ses œuvres les plus sensibles, et son atmosphère introvertie contraste fortement avec l'opéra tragicomique Le Nozze di Figaro, qu'il était en train de finaliser à l'époque. Cela est particulièrement évident dans le deuxième mouvement poignant. L'orchestration du concerto pour piano est également remarquable : Mozart a remplacé les hautbois par deux clarinettes, laissant de côté les trompettes et les timbales. Le timbre typique de la clarinette crée un son intime et mélancolique. Dans une lettre au prince Josef von Fürstenberg, le compositeur a déclaré que le rôle pouvait également être joué par un violon et un alto, si le prince ne disposait pas de clarinettes. Il devenait bientôt un favori du public.

des scènes tourbillonnantes

Quelques mois après la création du Concerto pour piano n° 23 de Mozart, son opéra Le Nozze de Figaro a également été créé. Cet opéra buffa est le premier d'une série de trois collaborations réussies avec le librettiste Lorenzo da Ponte. L'histoire est basée sur une pièce de théâtre de Pierre Beaumarchais qui a été initialement interdite à Vienne en raison de son ton provocateur et de sa remise en cause de l'ordre établi. Mais le librettiste de Mozart, Da Ponte, réussit à convaincre les autorités qu'il avait supprimé la connotation politique de la pièce, et l'opéra fut approuvé.

Contrairement à la plupart des ouvertures, dans le mouvement d'ouverture du Nozze di Figaro, aucun thème de l'opéra n'est présenté. Cependant, l'ouverture animée donne immédiatement le ton des intrigues, des amours passionnées et des scènes mouvementées qui vont suivre. L'ouverture commence par un murmure vif, comme les ragots des auditeurs, qui se transforme en un thème énergique. La musique continue à un rythme fou, sans aucun repos. Le 1er mai 1786, Mozart utilise les éblouissantes sonorités d'ouverture du Nozze di Figaro au clavier pour la première au Burghtheater de Vienne. L'opéra a connu un succès instantané et est à ce jour l'une des œuvres de théâtre musical les plus jouées au monde.

Ce concerto pour piano est l'un de mes préférés de la musique européenne depuis mon enfance. Lorsque j'ai composé ce concerto, j'imaginais une fleur de lotus encore en bouton, par une nuit calme, au clair de lune, au moment de la floraison. C'est une humble expression de mon admiration pour la musique de Mozart (et pour la musique occidentale).
Toshio Hosokawa

hommage

Toshio Hosokawa est l'un des plus grands compositeurs contemporains du Japon. Le style d'avant-garde occidental a été introduit dans ses premières œuvres, mais au fil des ans, des influences orientales se sont également infiltrées dans ses compositions. Hosokawa explore consciemment les frontières entre les deux cultures, comme en témoignent ses combinaisons d'instruments traditionnels japonais et européens.

En 2006, le Norddeutscher Rundfunk a demandé à Hosokawa, en l'honneur de l'année Mozart, de choisir un concerto pour piano de Mozart et de composer un concerto pour la même instrumentation. Il a choisi le Concerto pour piano n° 23, K. 488 dans la majeure de Mozart. L'admiration d'Hosokawa pour le talent de Mozart est démontrée par l'utilisation du lotus comme symbole : dans le bouddhisme, le lotus est la fleur ayant le plus haut statut. Dans Lotus under the Moonlight, le piano joue le rôle de la fleur de lotus, tandis que l'orchestre représente ce qui entoure la plante - l'eau, le cosmos, la nature. Hosokawa voit la floraison de cette fleur de lotus - ou dans ce cas du soliste - comme une métaphore de la croissance spirituelle de chaque être.