Brussels Philharmonic | faites connaissance avec...

faites connaissance avec...

... Menna Cazel, Annika Schlicht, Bernhard Berchtold & Brian Mulligan

Menna Cazel

Née au pays de Galles du Sud, la soprano Menna Cazel a étudié à Londres auprès de John Llewelyn Evans et à Leipzig auprès de Dr. Jeanette Favaro-Reuter. Cette saison, elle incarnera notamment Maddalena dans Il viaggio a Reims et Marie dans Wie Werd Ich Reich und Glücklich de Spoliansky, au Semperoper de Dresde. Elle chantera aussi en solo dans le Requiem de Mozart. Elle a fait ses débuts à l’opéra de Cologne en 2018 en interprétant Poussette dans Manon, de Massenet. Par ailleurs, elle a été Pamina et la Première Dame dans Die Zauberflöte, puis Frasquita dans une nouvelle production de Carmen au Semperoper de Dresde. Dernièrement, on l’a vue sur scène avec Sir Bryn Terfel et le BBC National Orchestra of Wales lors du St David’s Day Gala. Autres temps forts de sa carrière, elle s’est également produite en concert en Australie avec le Geelong Welsh Ladies Choir et le Melbourne Welsh Choir. Menna Cazel a remporté le Deuxième prix lors du concours ‘Ton und Erklärung’ du Kulturkreises der Deutschen Wirtschaft en 2014 et a été invitée à représenter le Semperoper de Dresde au Stella Maris International Vocal Competition. En 2013, elle avait déjà remporté le concours ‘Voice of the Future’. Précédemment, elle s’était aussi distinguée par d’autres prix comme l’Art Song Prize (2013 Thelma King Award), le Premier Prix de l’édition 2009 du festival Llangollen International Musical Eisteddfod et l’Osborne Roberts Memorial Prize (2008 National Eisteddfod). Menna Cazel a été récompensée à plusieurs reprises par la Bryn Terfel Foundation et l’Elizabeth Evans Trust.

Annika Schlicht

La mezzosoprano allemande Annika Schlicht a étudié à Berlin auprès de Renate Faltin. Elle a bénéficié d’une bourse accordée par la Richard Wagner Association et a remporté de nombreux prix lors de concours de chant. Cette saison, elle incarnera Fenena (Nabucco), Mary (Der Fliegende Holländer) et Fricka (Rheingold) dans le nouveau cycle du Ring de Stefan Herheim au Deutsche Oper Berlin. Elle reviendra au Bergen National Opera pour interpréter Sesto dans La Clemenza di Tito. En tant que soliste, elle chantera notamment Das Lied von der Erde de Mahler à Klagenfurt, Walpurgisnacht de Bartholdy sous la direction de Kent Nagano à l’Elbphilharmonie et le Requiem de Verdi à Essen. Son interprétation de Marthe et Bellangère dans la première mondiale de l’opéra L’Invisible d’Aribert Reimann au Deutsche Oper Berlin et son rôle d’Adriano (Rienzi) ont été salués par la presse. Précédemment, elle a été invitée par le Staatsoper Hamburg, le Bayerische Staatsoper, l’Opéra de Paris, le Semperoper de Dresde et le Staatsoper Unter den Linden Berlin. Elle a chanté en solo avec l’UNESCO World Orchestra for Peace dans la Neuvième Symphonie de Beethoven à l’occasion des commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale.
Annika Schlicht a travaillé avec de célèbres chefs d’orchestre, dont Daniel Barenboim, Zubin Mehta, Kent Nagano et Edward Gardner, ainsi qu’avec des metteurs en scène, comme Harry Kupfer, Luc Bondy, Dmitri Tcherniakov et Johannes Erath, et de très nombreux orchestres, parmi lesquels le Staatskapelle Berlin, le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, le Wiener Symphoniker, le Staatskapelle Dresden, le Münchner Rundfunkorchester et l’Ensemble Modern.

Bernhard Berchtold

Le ténor autrichien Bernhard Berchtold a étudié au Mozarteum de Salzbourg auprès d’Horiana Branisteanu et Hartmut Höll. Il a remporté plusieurs prix lors de concours internationaux, après des débuts dans le cadre du HändelFestspiele Karlsruhe. De 2003 à 2011, il a fait partie du Badisches Staatstheater, où il a chanté un répertoire aussi vaste que varié. Bernhard Berchtold a collaboré avec des chefs d’orchestre renommés tels que Nikolaus Harnoncourt, Ton Koopman, Simon Rattle, Mirga Grazinyte-Tyla, Helmuth Rilling et Masaaki Suzuki. Ces dernières saisons, il s’est notamment produit avec le Deutsche Oper am Rhein, l’Opera di Firenze et le Staatsoper Hamburg. En 2009, il a fait ses débuts au Teatro de la Maestranza Sevilla et au Staatsoper de Dresde. Ont suivi des invitations du Teatro Comunale Bologna, du Teatro Carlo Felice Genova, du Staatsoper Hannover, du Staatsoper München, de l’Opéra de Lyon, du Teatro Verdi Trieste et du Theater an der Wien, ainsi que du Salzburger Festspielen. Il a chanté au Bayreuth Festival en 2013, avant de se produire avec le Deutsche Oper am Rhein, où il est régulièrement invité depuis.

Brian Mulligan

Le baryton Brian Mulligan est aussi célèbre pour ses interprétations d’œuvres classiques de Verdi, Wagner et Strauss que d’opéras plus audacieux des XXe et XXIe siècles. Sa remarquable présence sur scène lui a ouvert les portes des plus grands opéras d’Europe et d’Amérique du Nord. Cette saison, il incarnera Rigoletto au Houston Grand Opera et reviendra au Lyric Opera of Chicago dans les rôles de Gunther (Das Rheingold) et Donner (Götterdämmerung) dans le cycle du Ring de Wagner. Parmi ses temps forts les plus récents, citons le rôle de Mandryka dans Arabella sous la direction de Marc Albrecht au San Francisco Opera, un enregistrement de Guglielmo dans Le Villi de Puccini avec l’Opera Rara sous la direction de Sir Mark Elder, et des concerts sur les scènes de l’Opernhaus Zürich, l’Oper Frankfurt, le Metropolitan Opera, le Minnesota Opera et le Dutch National Opera. Le label Bridge Records a en outre publié son deuxième album solo présentant des lieder du début du XXe siècle. Précédemment, il a incarné Golaud (Pelléas et Mélisande) à l’Oper Frankfurt et Paolo (Simon Boccanegra) avec Plàcido Domingo dans le rôle-titre, sous la direction de James Levine au Metropolitan Opera. On se souvient aussi de ses rôles signatures de Valentin (Faust) et Yeletsky (Pique Dame) dans une mise en scène de Robert Carson. Il a aussi créé au Minnesota Opera le rôle de Jack Torrance en première mondiale de The Shining, composé par Paul Moravec et Mark Campbell.